La conduite en Asie

C’est comme des gamins de 4 ans en train de faire du vélo à trois roues dans la cour de récréation de la maternelle.

Conduite Asie

La voie du milieu est une voie de dépassement, les scooters ou les voitures légères qui arrivent en face doivent s’écarter limite sortir de la route pour ne pas se faire percuter.

Les gens doublent sans visibilité, dans les virages, dans le noir, sans phares, sans casque, et même s’ils voient quelqu’un arriver au loin, une seul règle : si le véhicule en face est plus léger, ils foncent.

Le pire ce sont les chauffeurs de minibus qui se prennent pour des pilotes, ils roulent comme des dingues, la route est à eux seuls, les autres et les rétros n’existent pas. Ils sont à chaque fois à la limite de tamponner la voiture devant eux pour passer, n’hésite pas et surtout ne se rendent pas compte qu’ils font des queues de poisson, prennent d’énormes risques à longueur de temps et usent plus souvent du klaxon que du frein. La présence d’enfants et de passagers sur-entassés ne les freinent pas.

En grande ville, les voitures elles ont la voie de gauche réservée et vous feront sentir que vous les déranger si vous avez le malheur d’être dans leurs couloir.

Les scooters c’est comme un cauchemar, ils se croient tout permis, slalom, coupe la route, les gens sont jusqu’à 4 dessus même sans casques…

Le feu tricolore fait office de décoration. Beaucoup de gens grillent les feux rouges quitte à provoquer accidents et bouchons. Il y a un décompteur à chaque feu, et les gens accélèrent alors que c’est encore rouge pour 3 secondes, croisant donc ceux qui passent au feu orange, donc un carrefour n’est jamais fluide.

Aux intersections, ils se croisent à l’envers de nous, c’est à dire qu’ils serrent au maximum la voie d’en face quand ils tournent à gauche. C’est flippant au début mais on s’y fait.

Beaucoup remonte une file en sens inverse et c’est eux qui sont prioritaire ! Certaines fois des gens la remontent en plein milieu ou s’arrêtent comme des crétins sans avertir personne, ils sont dans leurs monde.

Les gens s’insèrent souvent d’une rue de droite sans prendre la peine de bouger un cil pour regarder si quelqu’un arrive, et s’insèrent au milieu de la route comme des blaireaux comme si personne n’était là, en route comme en ville.

Ne pas accélérer quand il reste 2 secondes au feu et vous vous faites klaxonner, même souvent pour rien ou vous ne savez pas même pas pourquoi. Personne n’est tolérant ou n’attend, vous gênez : on vous klaxonne. Par contre, ils ne s’énervent jamais, à croire que cette conduite fait partie de leur culture. En fait, ils sont toujours pressés et ne regardent pas plus loin que le bout de leur nez.

En ville se créer de vrais bouchons de scooter, aux heures de pointe. Et devant les endroits tels que les sorties d’école la route est presque sans issue, même un piéton ne passe pas, et la c’est le bordel, ça file dans tous les sens…

Le klaxon est omniprésent, il signifie qu’on double, il remplace les clignos et les rétros et il est très présent au Vietnam et constant à Hanoi, c’est très fatiguant et très stressant.

S’arrêter ou se garer est un calvaire, difficile de sortir d’une file et difficile de trouver une place car les trottoirs sont toujours blindés de scooters, de vendeurs ambulants, de devantures de boutique et de gens assis. La plupart du temps il faut payer pour se garer, à un homme qui surveille, et c’est même mieux car les vols sont très fréquent. Ça peut aller jusqu’à un demi dollar pour se garer, j’ai entendu  dire que si on vole votre scooter c’est le gardien qui devra le rembourser.

Pour conclure, nous sommes de vrais pilotes courtois en France. Heureusement, les Asiats roulent globalement tous doucement. C’est la loi du plus fort, ils n’ont pas conscience des risques, et la police a l’air de s’en moquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *